Verte métamorphose

La nature serait-elle curieuse ?
Ou est-elle en quête perpétuelle
De connaissances fraîches et nouvelles ?
A moins qu’elle ne soit juste soucieuse
Que cette année la magie du vivant,
Défaillante, trébuche son élan.
Car sinon, à quoi bon disséminer
Lorsque le printemps vient se dessiner,
Ces points d’interrogations bourgeonnants ?
Ce hasard est par trop coïncident
Pour qu’il ne s’agisse-là simplement
Que de jeunes fougères jaillissant…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :