Feue lumière

Ce qui me plait et je l’avoue sans gêne
C’est à souhait, pouvoir laisser branché
De la maigre ampoule au gros halogène
Sans même accorder la moindre pensé
À ce flux domestiqué d’énergie
Qui servilement entre nos mains gît.

Pourquoi obstruerais-je ma liberté
De sombres et niaises futilités,
Entre écologie et économie.
Ce ne sont là que fades inepties.

De plus pour être un parfait citoyen
Soigneusement chaque jour je m’astreins
De bien respecter la nature profonde
De ces précieux objets de par le monde
Portant la sublime mention : jetable,
Sans qui les poubelles, bien misérables,
Seraient malheureusement dispensables.
Mais comme jeter est si agréable
Je me décharge même sans regrets
De ce qu’on prétend devoir conserver.
Comment donc sinon pourrait fonctionner
Notre société ô combien rodée ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :